Deux réorganisations en une : Nestlé veut passer par un accord social plutôt que par des PSE pour en éviter les contraintes

Publié le 11 avril 2018 par Bernard Bourdon

L’attractivité de la France prônée par Emmanuel Macron, « France is back », n’est pas vraiment l’option prise par le groupe suisse Nestlé qui a très mal choisi son calendrier médiatique en annonçant une fois de plus un désengagement de l’Hexagone.

Les 400 suppressions de postes à l’horizon 2020, annoncées en comité de groupe le 25 janvier dernier, visent une fois de plus le territoire français. Cela s’ajoute à la longue liste des désengagements industriels du groupe suisse en France.

Suite de l’article