Fiscalité : La CFE-CGC entendue !

Publié le 28 octobre 2013 par Valerie Gayte

La CFE-CGC déplore que l’effort fiscal demandé à la classe moyenne et à l’encadrement en particulier soit trop important.

Sans nier l’indispensable solidarité à l’égard des plus démunis, ni le fait qu’il est impératif de rembourser la dette accumulée depuis plus de trente ans, il était évident que l’effort fiscal demandé allait dégénérer en « ras le bol fiscal » !

La CFE-CGC a attiré l’attention des parlementaires et a proposé des amendements au projet de loi de finance. Elle a été entendue : les parlementaires ont maintenu la réduction fiscale pour frais de scolarité.

Enfin, dans le cadre du projet de loi de finance de la Sécurité sociale, il était envisagé de taxer l’épargne populaire de façon rétroactive. La CFE-CGC a mené campagne contre ces mesures qui allaient pénaliser la classe moyenne et rogner encore plus son pouvoir d’achat !

Incontestablement, taxer de façon exagérée et rétroactive la petite épargne de précaution de nombre de nos compatriotes n’était pas une mesure de justice fiscale. Mais, au contraire, un coup porté à la confiance des ménages. Cette confiance indispensable à la croissance, croissance qui est absolument nécessaire à la bataille pour l’emploi.

Il faut toujours se souvenir que l’excès nuit à l’efficacité. À trop taxer, il devenait évident que les Français allaient se poser des questions sur l’utilité et la justice de l’impôt.

La question est posée par la CFE-CGC : à quand une vraie réforme fiscale pour plus de justice et d’équité, dans le cadre d’une harmonisation fiscale européenne ?

Contact : Alain Giffard – Tél : 06 80 23 50 72 – Mel : alain.giffard@cfecgc.fr