PLAN LOCAL FIRST

Publié le 10 décembre 2020 par Bernard Bourdon


Le cataclysme provoqué par les annonces du Groupe Danone, en décalage selon nous, avec les valeurs d’une Entreprise à Mission, ne fait que renforcer les interrogations des salariés Jusqu’à maintenant, les actions étaient orientées sur l’environnement ( empreinte carbone, PET ce qui est louable et indispensable pour une entreprise responsable Mais en matière sociale : où en est on, que fait on ?
Que fait on concrètement pour les femmes et les hommes de notre entreprise Pourquoi tenir un discours (qui nous paraît) en décalage avec
les actes Le double projet économique et social fondement historique du Groupe, a toujours permis de traduire en actes les mots du discours affiché Jusqu’à présent les mots ont toujours eu un sens

Nous sommes constamment en mode défensif (stratégie court terme , rentabilité à tout prix, discours anxiogènes, tension du contexte, réorganisations constantes Mais quid de la reconnaissance et du sens au travail, du sentiment d’appartenance et des moyens alloués pour que chacun soit fier de mener à bien son travail ou ses missions En résumé, de la QVT
La rentabilité ne se décrète pas, elle se construit avec les femmes et les hommes de l’entreprise ;pas sans eux, ni contre eux
Réorganisations successives, redécoupage des postes et missions, augmentation de la charge de travail, surcharge mentale, GEPP en berne,
DPS et indicateurs sociaux en chute libre, perte de sens et de reconnaissance au travail, épuisement professionnel, démissions, perte de compétences, pressions constantes, système d’évaluation subjectif, avenir incertain Tous ces éléments ne peuvent que nuire à la marche de l’entreprise Malheureusement, le salarié n’est plus perçu comme une ressource mais comme un cout à réduire à tout prix Cette liste, loin d’être exhaustive, correspond t elle à une Entreprise à Mission où la communication est en contradiction avec la réalité du terrain et le vécu de chacun Est il digne d’une Entreprise à Mission de constater que le déséquilibre entre efforts et récompenses ne cesse de s’accroitre et de donner lieu à des situations de travail anxiogènes et pathogènes il est concevable pour une Entreprise à Mission de sacrifier la reconnaissance sociale sur l’autel de la productivité et du cour s de l’action ?
Il y a pourtant des solutions alternatives
Calendrier prévisionnel :
Début Mars 2021: présentation du plan « LOCAL FIRST » et des suppressions de postes.
Début 1er Juillet 2021 : début de mise en œuvre
Dans tous les cas, le SNI2A demande que «LOCAL FIRST » soit revu et accompagné d’un Plan de Départ Volontaire (PDV) et non pas de licenciements subis le cas échéant

The cataclysm caused by Danone Groups recent announcements, which we believe are out of step with the values of a company with a Mission, only reinforces the questions being asked by Danone employees Until now actions have been focused on the environment( carbon footprint rPET etc this is commendable and essential for a responsible company

But regarding social matters: where are we? what are we doing?
What are we doing specifically for the women and men of our company? Why make a communication, which now seems to us, to be completely out of step with the actions? The double economic and social project, the historical foundation of the group, has always made it possible to translate the words of the communications into the resulting actions Until now the words have always made sense We are constantly in defensive mode (short term strategy, profitability at all costs, anxiety provoking communications, tensions around the context, constant reorganizations, etc But what about recognition and meaning at work, the feeling of belonging, the means allocated so that everyone can be proud to carry out their work or their missions In summary, the QVT
Profitability cannot be dictated, it is built with the men and women of the company; not without them, nor against them Successive reorganizations, redistribution of posts and missions, increase in workload, mental overload, GEPP at half mast, DPS and social indicators in free fall, loss of meaning and recognition at work, professional burnout, resignations, loss of skills, constant pressure, subjective evaluation system, uncertain future All these elements can only harm the running of the company Unfortunately, humans are no longer perceived as a resource but as a cost to be reduced at all costs This list,list,(which is far from being exhaustive) does it correspond to a company with a Mission, where the communication is in complete contradiction with the reality on the ground and the experience of everyone? Is it worthy of a company with a Mission to note that the imbalance between efforts and rewards is constantly increasing and giving rise to anxiety provoking and pathogenic work situations?
Is it conceivable for a company with a Mission, to sacrifice social recognition on the alter of profitability and the whims of the stockmarket ? Are there no

Provisional
Timetable Beginning March 2021: presentation of « LOCAL FIRST » plan & layoffs
1st Juillet 2021 : start of plan implementation


In all cases, the SNI2A requests that « LOCAL FIRST » be reviewed and accompanied by a Voluntary Departure Plan (PDV) and not by a procedure of forced redundancies